mercredi 29 mai 2024
AccueilInformationsLa transplantation - Vivre avec son Greffon

La transplantation – Vivre avec son Greffon

Rate this post

La transplantation rénale

Définition de la greffe rénale

La greffe de rein consiste à placer chez le receveur, dont les reins ne fonctionnent plus, un rein sain, placé dans l’abdomen.
Les particularités de cette greffe : Les premiers essais remontent déjà aux années 50. C’est avec eux que l’on a commencé à comprendre les problèmes de rejet lorsqu’on introduit un organe étranger dans l’organisme.

On se contente de greffer un seul rein, qui suffira à assurer l’épuration de l’organisme.
Elle est réservée de préférence aux patients de moins de 60 ans.

Pour simplifier l’intervention, le chirurgien ne retire pas le ou les reins malades, sauf s’ils sont la cause d’une hypertension artérielle sévère mal contrôlée. Il place le rein greffé en bas de l’abdomen, relie ses vaisseaux nourriciers aux vaisseaux iliaques (en dessous des vaisseaux rénaux), et implante son uretère dans la vessie ou dans l’uretère d’origine .
Quelques images au bloc opératoire pendant une greffe rénale
Source: docteurclic.com (fr)

La transplantation rénale

 

 

 

 

 

Source: Société de néphrologie (fr)

Les complications de la transplantation rénale
La greffe n’est pas un geste anodin.
Ses complications potentielles sont nombreuses, même si (heureusement !) elles surviennent rarement.

  • Les complications chirurgicales de la greffe rénale
  • La nécrose tubulaire aiguë
  • Le rejet aigu
  • Les infections
  • Le diabète
  • Les effets indésirables du traitement immunosuppresseur
  • La récidive de la maladie initiale
  • Le rejet chronique
  • Le risque augmenté de cancer
  • Le risque de maladies cardio-vasculaires
  • Les maladies hépatiques

Pour plus d’informations sur ces complications
Source: renaloo.com (fr)

La vie au quotidien

  • La vie après la transplantation
    Le don d’un organe offre une nouvelle vie ou une qualité de vie nettement améliorée à celui qui le reçoit. Cette nouvelle chance implique des changements autant pour le corps que pour l’esprit et la personne transplantée doit apprendre à « gérer » son corps de manière responsable.
    Immunosuppression
    La prise régulière d’immunosuppresseurs est déterminante pour la survie de l’organe transplanté et constitue donc l’habitude la plus importante à acquérir après la transplantation. Les immunosuppresseurs sont des médicaments qui suppriment les défenses immunitaires de l’organisme par différents mécanismes d’action. Le traitement à long terme, appelé traitement d’entretien, associe généralement trois types de médicaments. Les patients sont astreints à suivre rigoureusement les indications du médecin lors de la prise de ces médicaments ; ils doivent ainsi se montrer responsables et faire preuve d’une grande discipline personnelle.
    Vivre au quotidien après une transplantation nécessite certaines adaptations dont les principales sont mentionnées ci-dessous.

Alimentation

  • Les personnes transplantées n’ont pas de régime particulier à suivre, ce qui est généralement perçu comme très positif en termes de qualité de vie. Néanmoins, le principe universel selon lequel il convient de manger de façon saine et équilibrée pour préserver sa santé et éviter de prendre de poids vaut pour elles plus que pour quiconque. Il est important de consommer davantage de fruits, de légumes et de poisson et de réduire sa consommation de viande, de sucre et de sel. Il y a lieu également d’éviter les grape-fruits, dont l’acidité diminue l’action de la ciclosporine (immunosuppresseur). Les personnes au système immunitaire affaibli doivent, de manière générale, veiller attentivement au respect des règles d’hygiène alimentaire.
    Source: Office fédéral de la santé publique (fr)

Pour plus d’informations concernant l’alimentation d’un transplanté
Source: Société de néphrologie (fr)

Activité professionnelle

La décision de reprendre ou non une activité professionnelle – et si oui, à quel moment – dépend de différents facteurs, notamment du processus de guérison et du métier qu’exerce le patient. Une secrétaire pourra certainement réintégrer son environnement professionnel plus facilement qu’un ouvrier de chantier devant effectuer des travaux lourds.

Une greffe d’organe peut aussi être l’occasion d’envisager une reconversion professionnelle. Cela dit, de nombreuses personnes transplantées reprennent leur activité professionnelle après six mois environ, le temps que le processus de cicatrisation soit achevé.

Sexualité et désir d’enfants

D’un point de vue médical, rien ne s’oppose à la reprise d’une activité sexuelle normale après une greffe d’organe. Les femmes doivent éviter d’utiliser un stérilet ou des diaphragmes en raison des risques d’infections liés à ce type de contraceptions. Il arrive aussi fréquemment que la pilule soit à l’origine d’interactions avec les médicaments destinés à prévenir les réactions de rejet (immunosuppresseurs).

Ce moyen de contraception devrait dès lors être évité lui aussi. Les patientes qui par contre souhaitent avoir un enfant ne devraient pas envisager la chose avant deux ans, moment à partir duquel les doses d’immunosuppresseurs peuvent généralement être réduites. Les risques qu’une grossesse comporterait pour la femme et pour l’enfant à naître devraient donc toujours être abordés avec le médecin.

Sport

La pratique modérée d’un sport est tout à fait recommandée. L’activité physique et les exercices de musculation contribuent à maintenir l’organisme en bonne santé. Les sports les plus indiqués sont la marche, le vélo et la natation. Il convient de consulter son médecin avant de pratiquer des sports extrêmes et des sports de contact, tels que le karaté et le judo.

Voyages

Excursions et vacances doivent être minutieusement planifiées et préparées. Les personnes transplantées éviteront de séjourner dans des pays qui ne peuvent pas garantir de soins de qualité en cas d’urgence. Il est en outre vivement déconseillé de se rendre dans des pays où les risques de contracter des infections sont élevés, ou dans des contrées très chaudes et ensoleillées. L’idéal est d’opter pour une région au climat doux et tempéré. Les personnes transplantées penseront impérativement à emporter des médicaments en suffisance et vérifieront leurs vaccins avant le départ.

Source: Office fédéral de la santé publique (fr)

N:B: Vous devrez dans tous les cas veiller à vous protéger du soleil (le traitement immunosuppresseur augmente le risque de cancer de la peau, et le soleil est un élément déterminant).

Cela signifie ne pas s’exposer, porter des manches longues et un couvre chef, et utiliser une crème antisolaire de type écran total (indice de protection élevé, contre les UVA et les UVB), à appliquer sur le visage et les parties du corps exposées, plusieurs fois par jour (une demie heure avant toute exposition et toutes les deux heures par la suite). Il est aussi conseiller de se munir de lunettes de soleil…
La Société Française de Dermatologie a émis un texte spécifiquement destiné à l’information des patients : “conseils dermatologiques aux transplantés d’organes”.
Source: Renaloo.com (fr)

Associations

Fondation nationale Suisse pour le don et la transplantation d’organes

En sa qualité de service national des attributions mandaté par la Confédération, Swisstransplant est responsable de l’attribution d’organes aux receveurs en conformité avec la loi. Nous organisons et coordonnons au niveau national toutes les activités relatives à l’attribution d’organes et nous collaborons avec les organisations étrangères d’attribution. La Confédération nous a par ailleurs confié les tâches de gérer la liste d’attente des receveurs d’organe ainsi que d’établir des statistiques.

Source: Swisstransplant (fr)

Fondation du rein

La Fondation du Rein a été créée collectivement en 2002 à l’initiative de la Société de Néphrologie, la Société francophone de dialyse, la Société de néphrologie pédiatrique, la Société suisse de néphrologie et la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux.
La Fondation du Rein a pour objectif de mobiliser des ressources financières et humaines afin de mener à bien des actions dans les domaines de la recherche en néphrologie, du dépistage et de la prévention des maladies rénales, de l’aide aux malades, de l’éducation et de l’information du public, de l’aide aux étudiants, médecins et chercheurs travaillant en néphrologie.

Source: Fondation de rein (fr)

Association Valaisanne des insuffisants rénaux et transplantés

L’objectif de l’association est de permettre aux malades, parents et amis de mieux vivre l’insuffisance rénale. Faire connaître cette maladie et ainsi promouvoir le don d’organes.

Source: AVIRT (fr)

La Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux

La Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux se bat pour améliorer les soins et la vie de tous les jours des personnes atteintes d’insuffisance rénale, mais aussi pour tenter de diminuer, grace à des actions visant à promouvoir la prévention et la recherche sur les maladies rénales, le nombre des personnes astreintes aux lourds traitements de l’insuffisance rénale terminale.

Voir aussi les coordonnées des associations régionales de la FNAIR.
Source: FNAIR (fr)

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Populaires

Commentaires récents