mercredi 29 mai 2024
AccueilSantéMaudit coup du lapin! Maux de tête, pertes de concentration

Maudit coup du lapin! Maux de tête, pertes de concentration

Rate this post
Maudit coup du lapin! Six ans après son accident de voiture, Richard souffre encore. Maux de tête, pertes de concentration, sa vie est devenue un calvaire. Il a dû quitter son travail et est en procès avec les assurances. Selon son avocat, le cerveau a été endommagé par le choc. Les médecins et les tribunaux sont sceptiques. Le coup du lapin affecte près de 25’000 personnes par année en Suisse et selon eux, l’immense majorité s’en sort très bien.

 

Coup du lapin, whiplash, entorse cervicale… 

    • Coup du lapin
      “Le « coup du lapin » est un traumatisme cervical résultant le plus souvent d’un brutal changement de vitesse (accélération, décélération). Plutôt que de parler de coup du lapin, les Anglo-Saxons préfèrent parler de traumatisme cervical en « coup de fouet » (whiplash).Le plus souvent, le traumatisme cervical est mineur, sans lésion de la colonne vertébrale.

      Une entorse cervicale, aux conséquences parfois graves, est cependant systématiquement recherchée.”
      Avril 2009
      Source: santepratique.fr (fr)

    • Lésions traumatiques du rachis cervical
      Cet article médical décrit et explique avec quelques images et schémas les différents traumatismes pouvant toucher le rachis cervical.
      Mai 2005
      Source: Hôpital de la Chaux-de-Fonds (fr)
    • Le coup du lapin
      Cette publication au langage scientifique décrit la physiopathologie, la symptomatologie, le diagnostic et le traitement du coup du lapin.
      Mai 2004
      Source: Société Française de Rhumatologie (fr)
    • Les céphalées cervicogéniques
      Cet article scientifique se penche sur la problématique des céphalées (maux de tête) d’origine cervicale:“Les céphalées cervicogéniques sont une entité nosologique reconnue récemment. Leurs critères diagnostiques sont encore discutés. Elles sont rares. Leur diagnostic est basé sur des critères anamnestiques, cliniques et radiologiques. Leur étiologie est multifactorielle. Un traumatisme cervical doit être soigneusement recherché. La physiopathologie tient compte de mécanismes neurochimiques cérébraux mis en jeu par les afférences nociceptives d’origine périphérique. Les mécanismes centraux sont modulés par des caractéristiques génétiques qui deviennent prédominantes dans les situations chroniques où s’ajoutent souvent encore des facteurs psychosociaux.”
      Septembre 2006
      Source: RMS (fr)
    • Distorsion cervicale et troubles chroniques
      Cet article fait suite à celui ci-dessus et s’intéresse à la problématique du point de vue du neurologue:“Les troubles associés après distorsion cervicale (TAEC) constituent un syndrome douloureux chronique cervico-céphalique, souvent associé à des troubles généraux et parfois à des troubles à caractère sensoriel et sensitif. Leur physiopathologie neurologique postule une «hypersensibilisation centrale» consécutive à une stimulation très forte des récepteurs de la région cervicale. D’autres approches épistémologiques légitimes font appel à des modèles «biopsychosociaux». (…) Les aspects constitutionnels de la modulation de la douleur initiale ainsi que des facteurs psychosociaux et professionnels des traumatisés jouent un rôle important et imposent une prise en charge individualisée et multidisciplinaire, visant à l’autonomie progressive du patient.”
      Novembre 2006
      Source: RMS (fr)

Prévention 

    • L’appui-tête protège
      “Lorsque l’appui-tête est correctement réglé, la tête et le cou sont protégés efficacement. Quelques gestes suffisent. Seules deux consignes doivent être respectées:1. Hauteur adaptée: l’arête supérieure de l’appui-tête doit être à la même hauteur que le dessus du crâne. En cas de choc, le corps est légèrement projeté vers le haut. Si l’appui-tête est trop bas, la tête peut être projetée en arrière au-dessus de l’appui-tête.
      2. Distance adaptée: réglez l’appui-tête de manière à ce qu’il touche l’arrière de la tête. S’il est placé trop loin de la tête, la nuque peut être blessée par le mouvement de recul.

      Avant de démarrer, vérifiez le réglage des sièges et des appuis-tête – aussi bien pour le conducteur que pour les passagers.”
      2009
      Source: bpa (fr)

    • Une campagne nationale est lancée
      La vidéo du journal de la TSR concernant la campagne de prévention est disponible sur cette page:“En Suisse, plus de la moitié des conducteurs circulent avec des appuis-tête mal réglés. Une campagne de prévention a été lancée jeudi à Berne afin de prévenir les automobilistes des risques inutiles qu’ils prennent ainsi pour leur santé et les inciter à ajuster leur appui-tête correctement.”
      Septembre 2007
      Source: TSR (fr)

Associations 

    • Association du Coup du Lapin
      “L’Association du Coup du Lapin est une organisation privée d’aide aux handicapés et s’engage depuis 1991 pour les droits des personnes handicapées de la colonne cervicale et pour les personnes ayant des blessures équivalentes ou semblables ainsi que pour leur famille. C’est pour elle un but primordial que d’amener la société à reconnaître les blessures causées par un coup du lapin ainsi que leurs conséquences, et, que ceux qui en sont concernés, obtiennent des soins médicaux spécialisés et puissent faire valoir les prétentions auxquelles ils ont droit en vertu de leurs assurances.”
      2011
      Source: Schleudertraumaverband (fr)
    • Association des accidentés de France
      “L’Association des Accidentés de France est l’association d’aide aux victimes spécialisée en indemnisation.
      Elle est là pour vous épauler.
      N’hésitez pas à contacter l’association d’aide AAF afin de vous apporter tout l’éclairage nécessaire à votre situation au niveau de l’indemnisation.”

      2011
      Source: AAF (fr)

Imagerie médicale

    • Imagerie par résonance magnétique (IRM)
      Pour ceux qui souhaiteraient mieux comprendre le mode de fonctionnement des différentes techniques d’imagerie médicale, nous vous invitons à explorer ce site et en particulier la section dédiée à l’IRM:“L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique qui permet d’obtenir des images dans n’importe quel plan de l’espace. (…) Les images que fournissent l’IRM sont «natives» dans le sens qu’elles ne sont pas produites, à partir de coupes axiales, par des manipulations mathématiques de données (comme c’est le cas pour la tomodensitométrie). L’imagerie par résonance magnétique (IRM) permet donc une localisation précise des lésions.”
      Décembre 2010
      Source: Info-radiologie.ch (fr)
    • Imagerie des traumatismes de la colonne cervicale
      “L’évaluation radiologique du patient traumatisé avec lésion cervicale potentielle est controversée sur bien des points. (…) Dans une certaine mesure, l’évaluation radiologique (radiographie, CT, IRM) doit prendre en compte les ressources technologiques à disposition dans le centre d’accueil, de même que la rentabilité et le taux d’irradiation. Cet article passe en revue plusieurs des questions controversées concernant l’évaluation radiologique de la colonne cervicale chez le patient traumatisé.”
      Juillet 2002
      Source: RMS (fr)
    • Traumatisme par décélération – chasse au fantôme
      Cet article vous fait part des résultats d’une étude qui a tenté de répondre aux questions suivantes:“Les questions centrales sont toujours sans réponse: quelle est l’importance des véritables traumatismes organiques dans les structures de la colonne cervicale et comment les reconnaître? Dans le cadre du programme national de recherche 53, nous nous sommes intéressés à ces deux questions. D’anciennes études radiologiques l’ont clairement montré: les (petites) lésions structurelles ne peuvent être diagnostiquées que par tomographie par résonance magnétique (IRM), selon des protocoles d’examen et d’analyse des clichés bien précis.”
      2009
      Source: recherche.ch (fr)
    • Apport de l’IRM moderne
      Cette présentation s’intéresse à l’apport de l’IRM moderne, soit l’IRM de diffusion, dans l’étude des séquelles cérébrales consécutives à des traumatismes crâniens.
      Février 2009
      Source: HANDICAP INVISIBLE (fr)

Et les assurances… 

    • Séquelles d’un traumatisme de type „coup du lapin“
      Voici l’arrêt du Tribunal fédéral concernant le droit aux prestations de l’assurance-invalidité suite à un coup du lapin:“Selon la jurisprudence, les troubles douloureux persistants n’entraînent pas, en règle générale, une limitation de longue durée de la capacité de travail pouvant conduire à une invalidité. Les deux Cours réunies de droit social du Tribunal fédéral ont décidé que les principes développés dans ce contexte étaient applicables par analogie quand se posait la question du caractère invalidant des séquelles d’un traumatisme de type „coup du lapin“ à la colonne cervicale en l’absence de déficits fonctionnels ou organiques objectivables.”
      Septembre 2010
      Source: Tribunal fédéral (fr)
    • L’association du Coup du lapin, indignée, prépare sa riposte
      L’article du quotidien la Tribune de Genève suite à l’arrêt du Tribunal fédéral:“La récente décision du Tribunal fédéral de ne plus faire bénéficier d’une rente de l’assurance invalidité les victimes du coup du lapin provoque le tollé des associations de victimes et du corps médical.”
      Septembre 2010
      Source: TDG (fr)
  • Coup du lapin
    “Selon la statistique de la Suva, les traumatismes du rachis cervical (ou distorsions de la colonne cervicale) touchent environ 11 000 assurés par an. Les coûts annuels de ce type d’accidents atteignent près de 270 millions de francs. Dans le cadre du suivi des victimes du «coup du lapin», la Suva mise sur l’identification précoce des cas de guérison tardive, qui nécessitent un soutien particulier.”
    Février 2006
    Source: SUVA (fr)
RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Google search engine

Populaires

Commentaires récents