mercredi 28 février 2024
AccueilTroubleHalitose : Définitions, Causes, Prévention, Symptômes, Diagnostic, Traitement

Halitose : Définitions, Causes, Prévention, Symptômes, Diagnostic, Traitement

Rate this post

Généralités/Définitions
L’halitose, terme scientifique pour désigner une mauvaise haleine, correspond à une odeur désagréable voire nauséabonde émanant de la bouche. L’halitose, aussi fréquente chez l’homme que chez la femme (les femmes ont cependant tendance à plus consulter), augmente avec l’âge.
Source: Halitose ou mauvaise haleine – guide des maladies sur Santepratique (santepratique.fr)

La mauvaise haleine ou halitose affecte environ 65 % de la population. Elle cause des malaises personnels et sociaux aux personnes atteintes.
Source: Ordre des dentistes du Québec (ordredesdentistesduquebec.qc.ca)

Causes
La mauvaise haleine est le résultat d’une prolifération bactérienne et d’une dégradation tissulaire (tissus de l’organisme ou des aliments). Des composés volatils responsables d’une mauvaise odeur en résultent. Les facteurs favorisants sont :
L’accumulation de plaque dentaire (enduit très adhérent à l’émail, constitué de déchets alimentaires, de cellules mortes et de bactéries) dans le cas d’une mauvaise hygiène buccale
Les caries dentaires
Les maladies parodontales
Les ulcérations buccales : source importante de surinfection avec des bactéries responsables de la production des composés volatils
La bouche sèche appelée xérostomie : il s’agit d’une réduction du flot salivaire après la prise de certains médicaments, lors de certaines maladies (syndrome Gougerot-Sjogren) ou après irradiation. Elle entraîne une augmentation de la densité microbienne et une libération de composés volatils sous forme de gaz. Une réduction quantitative de la salive peut être à l’origine de caries dentaires, d’ulcérations, de candidose, d’augmentation du nombre de bactéries, d’élimination des différents composés volatils, responsables de la mauvaise haleine. La salive est indispensable au maintien d’une bonne santé buccale.Un niveau important d’acides aminés soufrés dans la salive favorise la mauvaise haleine . La qualité et le flux de la salive doivent êtres analysés devant une halitose
La langue chargée ; le dos de la langue comporte des papilles avec des cellules mortes non éliminées et de multiples fissures. Ceci favorise la rétention bactérienne. L’enduit lingual qui en résulte est une source importante de composés soufrés volatils.
L’excès de protéines dans l’alimentation augmente le pH et par conséquence la production des composés volatils.

Source: Halitose : facteurs favorisant la mauvaise haleine (eid-paris.com)

Dans la majorité des cas, cette condition est passagère, par exemple la mauvaise haleine du matin. Cette dernière est causée par une diminution de la production de salive durant le sommeil, combinée à une activité réduite des mouvements de la langue et des joues. Prendre un bon déjeuner équilibré et se brosser les dents et la langue permet de retrouver une haleine fraîche.
La mauvaise haleine résulte de l’action de bactéries anaérobies (pouvant vivre en absence d’oxygène) qui causent la décomposition, entre autres, des protéines contenues dans les débris alimentaires. Ce processus génère des gaz malodorants qui se mélangent à l’haleine.
Source: Ordre des dentistes du Québec (ordredesdentistesduquebec.qc.ca)

Fréquence
Il n’existe que peu de données statistiques pour déterminer la fréquence réelle de l’halitose, d’autant qu’aucun critère objectif et universel ne définit la mauvaise haleine. L’halitose est en revanche un motif fréquent de consultation dentaire : entre 5 et 10 % de la population seraient régulièrement concernés par la mauvaise haleine, mais chacun peut l’être à un moment de sa vie.
Source: Halitose ou mauvaise haleine – guide des maladies sur Santepratique (santepratique.fr)

Prévention
Pour prévenir la mauvaise haleine, une bonne hygiène de vie s’impose :
une hygiène buccale rigoureuse : brossage des dents avec une brosse souple au moins deux fois par jour (matin et soir après les repas), utilisation d’accessoires comme le fil dentaire, les brossettes inter-dentaires et surtout le gratte langue ; utiliser des bains de bouche (après avis du chirurgien-dentiste) avec des produits sans alcool, afin d’éviter le dessèchement des muqueuses
réduire l’alcool et le café
supprimer le tabac
avoir une alimentation équilibrée, en évitant les aliments qui favorisent une mauvaise haleine : ail, oignon et régimes riches en protéines.
bien s’hydrater (6 à 8 verres d’eau par jour).

Source: Halitose, hygiène buccale pour prévenir la mauvaise haleine. (eid-paris.com)

Symptômes
Une mauvaise haleine le matin au réveil est normale, due à une réduction de la fabrication de salive dans la nuit et à la stase de débris alimentaires. Seule sa persistance doit faire consulter son chirurgien-dentiste. La mauvaise haleine est souvent associée à une sécheresse buccale. De plus, les régimes amaigrissants ou riches en protéines, certains aliments (ail, oignon, épices) ou habitudes de vie (tabac, alcool, café) favorisent la mauvaise haleine, dont il est souvent difficile de se rendre compte soi-même.
Source: Halitose ou mauvaise haleine – guide des maladies sur Santepratique (santepratique.fr)

Diagnostic
Si la mauvaise haleine persiste chez un patient qui a une hygiène buccale adéquate et ne présente pas de foyer d’infection, il faut penser aux causes suivantes :
Le tabac et l’alcool.
Certains aliments tels l’ail, l’oignon, le pastrami, etc.
Certains médicaments et suppléments.
Les résidus alimentaires qui s’accumulent au niveau de l’sophage ou dans la région des amygdales.
Les maladies suivantes peuvent aussi causer la mauvaise haleine :

Le diabète.
Des problèmes rénaux et hépatiques.
Certaines maladies respiratoires et infections des poumons, des sinus, du larynx ou du nez.
Des désordres du tractus gastro-intestinal, par exemple le reflux gastro-oesophagien.
Dans ces cas, le patient doit être dirigé vers un médecin spécialiste qui fera un diagnostic et prescrira les modalités thérapeutiques appropriées.
Source: Ordre des dentistes du Québec (ordredesdentistesduquebec.qc.ca)

Tout d’abord il faut bien rechercher la (les) cause(s) de la mauvaise haleine. Le chirurgien dentiste peut vous aider en recherchant les étiologies directement liées à la cavité buccale, cause la plus fréquente d’halitose (examen clinique et radiographique dentaire et parodontal) ou vous orienter vers d’autres spécialistes : O.R.L., gastro-enterologue, pneumologue… En effet, le plus souvent une approche pluridisciplinaire est nécessaire.
Source: Halitose : que faire en cas de mauvaise haleine (eid-paris.com)

Le chirurgien-dentiste pratique un examen clinique complet de la bouche à la recherche d’une cause locale (hygiène, état des gencives, enduit de la langue). L’importance de l’halitose peut ensuite être évaluée par un examen dit organoleptique avec une note de 1 à 5 et/ou halimétrique électronique (mesure des gaz odorants).
À l’issue de la consultation, le caractère et l’identification de l’origine supposée de l’halitose permettent généralement de proposer un traitement efficace. En l’absence de cause locale, buccale, le chirurgien-dentiste pourra orienter vers le médecin traitant qui éventuellement adressera le patient à un médecin ORL ou un autre spécialiste.
Source: Halitose ou mauvaise haleine – guide des maladies sur Santepratique (santepratique.fr)

Traitement
L’utilisation de rince-bouche masque temporairement la mauvaise haleine. Par contre, une utilisation excessive peut aussi irriter les muqueuses de la bouche et accentuer le problème de mauvaise haleine. Le dentiste et l’hygiéniste dentaire pourront vous recommander ceux qui ont de meilleures propriétés antimicrobiennes et dont l’efficacité est reconnue scientifiquement.
La meilleure façon de prévenir les désagréments dus à la mauvaise haleine est de maintenir une bonne hygiène buccodentaire et de visiter le dentiste régulièrement. Si la mauvaise haleine persiste, consultez un dentiste.
Source: Ordre des dentistes du Québec (ordredesdentistesduquebec.qc.ca)

Dans tous les cas, le traitement de la mauvaise haleine repose sur le traitement de la cause, buccale ou extrabuccale. Des pastilles, dentifrices ou bains de bouche peuvent également être prescrits pour masquer les odeurs ou participer au traitement.
Source: Halitose ou mauvaise haleine – guide des maladies sur Santepratique (santepratique.fr)

Sandra Muller
Sandra Muller
Bonjour, je m'appelle Sandra, j'ai 32 ans et je suis étudiante en pharmacie. Passionnée par le domaine de la santé, j'aspire à devenir pharmacienne et contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes. Bienvenue sur mon site web !
RELATED ARTICLES
- Advertisment -
Google search engine

Populaires

Commentaires récents